Promotion de la Gouvernance Participative pour un Développement Durable et Intégré en RDC

Dans le cadre de développement durable et intégré, il est créé une Synergie entre le Réseau d’Education Civique au Congo, RECIC en sigle et la Commission Episcopale Justice et Paix, CEJP en sigle au niveau national. L’Organisation DIKU DILENGA est une structure membre du RECIC et Point Focal de celui- ci dans la Province du Kasaï Occidental. Mais aussi la CEJP est représentée en province par la Commission Diocésaine Justice et Paix (CDJP). Ainsi au niveau provincial ce projet est piloté par l’Organisation DIKU DILENGA et la CDJP comme structures représentant respectivement le RECIC et la CEJP. Cette synergie vise à renforcer les capacités et à mieux réaliser ce projet qui doit déboucher sur le développement heureux de la population quant bien sûr il y a bonne gouvernance participative.

Le projet tend à améliorer les conditions de vie de nos communautés respectives en les faisant participer à toutes les décisions qui les concernent. Comme dit – on : « ce que vous faites pour moi sans moi est contre moi ». En d’autres termes, toutes les décisions et toutes les lois qui sont votées pour la population sans une consultation préalable de celle – ci ce sont des lois et décisions qui ne connaissent pas d’application et qui s’érigent contre les intérêts du peuple. D’où il faut à tout moment faire participer le souverain primaire à tout ce que les élus nationaux et provinciaux doivent adopter et voter comme lois et édits. Il en est de même des autorités locales qui, avant de prendre une décision, doivent d’abord faire participer le peuple car tout ce qui est fait n’est que dans l’intérêt général de ce peuple.

Mais il est constaté que tout ce que nos élus nationaux et provinciaux font ne va que dans l’intérêt particulier et non général et toutes ces lois ne sont taillées que sur mesure. Le peuple ne trouve pas son compte, il est marginalisé et c’est tout qui est à la base des frustrations, jalousie, haine, rébellion, résignation, répugnance, mépris, etc.

Vu que la non participation de la population à la gestion de la res publica (chose publique) a beaucoup contribué au sous – développement en République Démocratique du Congo (RDC), la Synergie RECIC et CEJP a pensé à mettre en œuvre le Projet de Promotion de Gouvernance Participative pour un Développement Intégré et Durable; car il y a d’abord une problématique qui a été posée qui est celle de savoir : Comment faire pour que la voix des faibles, pauvres, plus démunis soit entendue pour qu’au final leurs conditions de vie soient améliorées ? Tout cela part d’un contexte marqué par la pauvreté plus accrue soit 71% de la population qui vit en dessous du seuil de la pauvreté quelles que soient les potentialités de la RDC. Il y a encore la cause de la misère qui est caractérisée par la mauvaise gouvernance et cette mauvaise gouvernance est due à :

  1. Non prise en compte des besoins et aspirations des populations par les décideurs;
  2. Fossé entre les élus et leur base;
  3. Fossé entre les Autorités Locales et leurs gouvernés.

Par contre, les décideurs sont tenus à la redevabilité ou l’obligation de rendre compte de tout ce qu’ils font car ils travaillent et sont payés avec l’argent du contribuable congolais qui est aujourd’hui le premier plus pauvre. Ce qui montre que la mauvaise gouvernance favorise toutes les antivaleurs (fraude, corruption, concussion, etc.) et c’est le souverain primaire qui subit les effets de cette mauvaise gouvernance. Pour lui épargner de tout ceci, il faut qu’il participe pleinement à la gestion de la chose publique et qu’il soit un élément déterminant dans tout ce qui doit être pris comme décision ou qui doit être voté comme loi afin que tout puisse lui profiter.

Brièvement, ce sont toutes ces raisons qui ont milité à l’élaboration de ce projet important qui doit apporter tant soit peu des changements plus profonds dans nos communautés. Ce projet a un budget de 1.198.092,43 €. Il a bénéficié du financement de l’Union Européenne et de la contribution de Christian Aid. Sa durée est de 3 ans et il est piloté dans 5 provinces d’intervention ci – après : Bandundu, Kasaï Occidental, Kasaï Oriental, Equateur et Kinshasa. Il a été conçu et élaboré par le RECIC et la CEJP sous la coordination de Christian Aid.

Son objectif global est : Promouvoir les échanges entre les populations organisées à la base en Comités Locaux de Gouvernance Participative (CLGP) et leurs élus locaux au travers des Cellules de Liaison Parlementaires Provinciales (CLPP) en vue d’un développement intégré et durable.

Son objectif spécifique est : Renforcer les capacités des animateurs de 5 CLPP et de 60 CLGP dans leur promotion de l’interaction et des stratégies d’influence auprès des élus locaux.

De ces objectifs il y a bien sûr les résultats attendus que nous ne saurons pas détailler pour le moment.

Du 08 au 12 Avril 2013, un Atelier de Renforcement des Capacités des Dynamiques communautaires CLPP (Cellules de Liaison Parlementaires Provinciales) a été organisé à Kinshasa et a réuni les membres du RECIC et de la CEJP des provinces cibles.

Du 24 au 27 Juin 2013, un Atelier Provincial a été organisé par la CLPP/Kasaï Occidental en faveur des Animateurs des CLGP (Comités Locaux de Gouvernance Participative) venus des Territoires de Mweka, Luebo, Luiza et de la Ville de Kananga. Pour l’instant, ils sont déjà déployés sur terrain pour récolter les besoins de la population afin de les rassembler et les remonter au niveau de la CLPP qui doit à son tour les transmettre à l’Assemblée Provinciale, au Gouvernement Provincial, à la Mairie et au Bourgmestre afin de trouver des solutions aux problèmes qui guettent la population.

La CLPP est composée de 3 membres dont un Coordonnateur, un Animateur et une Secrétaire. Au Kasaï Occidental l’Abbé Gabriel NYIME est Coordonnateur, il est de la Commission Diocésaine Justice et Paix; Me Jean Paul MPATA est Animateur, il est du Réseau d’Education Civique au Congo (RECIC) et Mme Agnès BIAKASASA, Secrétaire et membre de la CDJP. Nous avons déjà rencontré les deux Honorables Présidents (Titulaire et son vice) pour présentation officielle, présentation du projet et demande d’accréditation pour nous permettre tout accès aux séances plénières et Bureau de l’Assemblée Provinciale. Ils ont été contents de ce projet et ont promis une franche collaboration entre l’Assemblée Provinciale et la CLPP et la mise à notre disposition des édits provinciaux afin d’en assurer la vulgarisation à la base. Ils ont encore promis que pour les édits techniques, ils auront à mettre à notre disposition la Commission concernée pour des explications y relatives afin que nous puissions mieux les vulgariser à la base.

Chaque CLGP est composé de deux membres dont l’un du RECIC et l’autre de la CDJP. Leur structuration a 20 membres devant travailler avec eux à la base dans l’analyse sociale, récolte des problèmes communautaires, rédaction des cahiers de charge, etc.

Me Jean Paul MPATA
Gestionnaire des Ressources et Chargé des Questions Juridiques de l’ONG DIKU
Animateur de la CLPP/Kasaï Occidental
Projet Promotion de Gouvernance Participative pour un Développement Intégré et Durable

Tél. +243 999-774-694
+243 810-540-841
E-mail jean-paul.mpata@diku-dilenga.org
atutabala@yahoo.fr