Projets en chantier

En plus des projets décrits à la section précédente intitulée Projets en cours de réalisation, Diku Dilenga souhaite mettre sur pied dans un futur proche, à moyen terme ou à long terme, les projets suivants.

  • Jumelage d’écoliers : jumelage d’élèves du niveau primaire entre le Canada et le Congo (Description disponible sur demande au personnel intéressé des écoles).
    Une des écoles de la RD du Congo suivantes n’attend plus qu’à être jumelées avec votre école:

    • Bena LaLa
    • Tshimbao
    • Katumba
    • Kambote
    • Bakwa Tshiala
    • Tshimpidinga
    • Ntenda
    • Kamwandu
    • Tshikula
    • Tubuluku

    (Plusieurs autres s’ajouteront en date ultérieure)

Enfants devant une école

Des enfants au moment de la récréation

Des enfants et le rév. Tambwe

Des enfants volontaires pour le jumelage d'écoliers

  • Projet avec l’Organisme Collaboration Santé Internationale (CSI) : transport d’un conteneur de médicaments et d’équipements médicaux de Québec au Congo, région du Kasai, au cours de 2008 pour la mise sur pied d’un dispensaire. En faire un événement annuel
  • Projet avec l’organisme Iris Mundial Québec : Il s’agit d’un projet de mise en oeuvre d’une clinique mobile d’ophtalmologie avec l’assistance technique e matérielle de l’organisme « Iris Mundial » Québec pour les membres de Diku Dilenga qui souffrent de maladies oculaires.
Le rév. Tambwe et Jean-Pierre Tchang

Collaboration entre Diku Dilenga et Iris Mundial, entre le rév. Tambwe et Jean-Pierre Tchang

  • Collaboration avec le Secteur privé : Cela présente des opportunités d’ investissement et d’apport d’expertise de compagnies multinationales ou de moindre envergure, qui se disent prêtes à fournir du travail en grande partie à la population locale. Le secteur minier notamment est encore non exploré et exploité
  • Exploitation des fruits locaux : plus de 200 000 mangues sont perdues chaque saison (novembre – mars de chaque année). Ces fruits tombent des arbres et pourrissent dans la savane des villages sans être cueillis ni exploités faute de machinerie disponible pour l’extraction du jus
  • Exploitation du bois : la présence du bois de toutes les qualités sollicité dans le monde et le manque des capacités d’exploitation; entre autres, un bois d’une excellente qualité pour la construction est disponible aux fins d’exploitation, ce, en quantités industrielles. Avec ce bois et les moyens de l’exploiter, les villageois pourront améliorer leur habitat et construire des latrines améliorées
  • Projets d’agriculture : des espaces qui peuvent être utilisés pour l’agriculture du manioc permettant l’extraction d’amidon par les industries textiles et pharmaceutiques; les mêmes espaces peuvent être utilisés pour la plantation de toutes sortes de fruits qui pourront même être exportés vers les pays du nord, l’Asie et l’Afrique en commençant par les villes proches en RD du Congo (la ville de Kananga : 3.5 millions d’habitants, la ville de Mbujimayi : 4 millions d’habitants et Kinshasa la Capitale du pays : 9 millions d’habitants)
  • Divers projets en phase d’élaboration : L’exploitation d’arbres de caoutchouc, de fibres, de gisements de moellons, de sable blanc représente un ensemble de possibilités réelles qu’il faudra considérer. Il en va de même pour la possibilité d’échanges d’objets d’art africains dont quelques-uns ont plus de 50 ans d’existence pour l’enrichissement des musées et des maisons touristiques, etc.